Ligue cardiologique Belge

COVID-19 & Problèmes cardiaques

Le Forum des patients de la Société Européenne de Cardiologie a reçu de nombreuses questions sur le Coronavirus (COVID-19). Ces questions et réponses visent à rassembler les recommandations utiles des autorités internationales et des sociétés médicales qui sont disponibles à ce jour
(date de publication/dernière mise à jour : 26 mars 2020).

Attention : Toute question relative à votre propre traitement doit être adressée à vos médecins.

Ce que les patients cardiaques devraient savoir sur le Coronavirus

J’ai un problème cardiaque. Suis-je plus à risque d’attraper le COVID-19 que quelqu’un qui n’a pas de problème cardiaque ?

Non – l’infection peut être attrapée par n’importe qui. Cependant, les personnes souffrant de troubles cardiaques sous-jacents peuvent être plus susceptibles que d’autres de présenter des symptômes de l’infection ou d’avoir une infection plus grave.

Jusqu’à présent, la plupart des personnes qui contractent le COVID-19 ont une maladie virale légère, notamment un mal de gorge, une toux, des douleurs et de la fièvre, mais certaines personnes (jusqu’à 5 %) développent une infection pulmonaire/pneumonie. Nous ne savons pas encore avec certitude si les personnes souffrant de problèmes cardiaques sont plus susceptibles de contracter une infection thoracique avec COVID-19, mais c’est probable car elles contractent une infection thoracique avec d’autres virus comme la grippe.

Le risque de développer des symptômes graves du COVID-19 est-il similaire pour tous les patients souffrant d'une maladie cardiaque ou existe-t-il des différences ?

La base de la contamination est la même pour tous les individus. Le virus est transmis par des gouttelettes dans l’air provenant d’une personne infectée qui tousse, éternue ou parle ; ou par le contact avec des surfaces contaminées, car le virus peut survivre plusieurs heures, voire plusieurs jours, sur des surfaces telles que les tables et les poignées de porte.

Une fois que le virus pénètre dans l’organisme, il cause des dommages directs aux poumons et déclenche une réaction inflammatoire qui sollicite le système cardiovasculaire de deux façons.  Premièrement, en infectant les poumons, le niveau d’oxygène dans le sang baisse et deuxièmement, les effets inflammatoires du virus lui-même font également baisser la pression artérielle. Dans ce cas, le cœur doit battre plus vite et plus difficilement pour fournir de l’oxygène aux organes principaux.

Les groupes particulièrement à risque sont les suivants :

  • Les personnes immunodéprimées, telles que les patients ayant subi une transplantation, les patients cancéreux sous chimiothérapie ou sous radiothérapie extensive (sur une région étendue), les patients atteints d’une leucémie ou d’un lymphome concomitant qui ont une maladie cardiaque, sont théoriquement les plus susceptibles de contracter et de succomber aux effets du virus.
  • Les autres groupes à haut risque comprennent les personnes âgées et fragiles ainsi que les femmes enceintes souffrant de maladies cardiovasculaires concomitantes.
  • Les personnes souffrant de problèmes cardiaques, tels que l’insuffisance cardiaque, la cardiomyopathie dilatée, les formes avancées de cardiomyopathie arythmogène  du ventricule droit et les patients atteints de cardiopathie congénitale  cyanosante sont les plus à risque.
  • Les patients atteints de la forme obstructive de la cardiomyopathie hypertrophique peuvent également être placés dans la même catégorie à haut risque.

Il n’existe aucune preuve que le virus infecte les dispositifs implantés tels que les stimulateurs cardiaques (pacemakers) et les défibrillateurs ou qu’il provoque une endocardite infectieuse  chez les personnes souffrant d’une maladie cardiaque valvulaire.

Je suis atteint du syndrome de Brugada, y a-t-il des précautions particulières que je dois prendre ?

Les patients atteints du syndrome de Brugada sont particulièrement vulnérables à des arythmies mortelles lorsque leur température corporelle dépasse 39°C. Ces patients doivent traiter la fièvre de manière agressive avec du paracétamol et une éponge fraiche/tiède.

J'ai lu que le coronavirus peut causer des problèmes cardiaques tels qu'une crise cardiaque ou des arythmies, est-ce vrai ?

  • Compte tenu des effets inflammatoires du virus, il existe des risques théoriques que l’infection virale puisse provoquer la rupture des plaques athéromatheuses (dépôts de graisse) dans les artères coronaires, entraînant des syndromes coronariens aigus (crise cardiaque). Les personnes qui ressentent une gêne thoracique sévère lors des symptômes du Coronavirus doivent immédiatement appeler l’équipe de conseil en soins de santé.
  • Des conditions inflammatoires systémiques sévères peuvent aggraver les arythmies ou même déclencher une fibrillation auriculaire chez certains individus.
  • L’inflammation aiguë causée par l’infection virale peut aggraver les fonctions cardiaques et rénales

Cependant, vous ne pouvez rien faire pour prévenir ces problèmes. Vous devez suivre strictement les recommandations pour éviter d’être infecté, telles que la distanciation sociale ou mieux encore, l’isolement, le lavage fréquent des mains, etc.

Les patients cardiaques qui souffrent également de diabète et/ou d'hypertension sont-ils plus à risque ?

Les données de la Chine, où la maladie est apparue, indiquent qu’une proportion importante des non-survivants et des personnes ayant développé une forme sévère de la maladie présentaient des comorbidités telles que le diabète et l’hypertension. La raison exacte de cette situation reste incertaine. Il est probable que l’hypertension et le diabète soient tous deux prévalents dans la population générale, en particulier dans la tranche d’âge où la mortalité due à l’infection au COVID-19 est la plus élevée (plus de 70 ans).

Un article a établi un lien entre cette observation et l’utilisation des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) et des bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II (A2RB/ARB) , qui sont des médicaments couramment utilisés pour traiter l’hypertension artérielle. Il est important de souligner qu’il s’agit d’une théorie qui n’a pas encore été étayée par des preuves. De grandes organisations de santé telles que la Société Européenne de Cardiologie, la British Cardiac Society et l’American Heart Association recommandent de continuer à utiliser ces médicaments (puisque leurs effets bénéfiques sont bien connus) tout en surveillant l’évolution de la maladie chez les patients souffrant d’hypertension et de diabète.

Certains rapports indiquent que COVID-19 pourrait provoquer une myocardite ou une péricardite. Si vous avez déjà eu une myocardite ou une péricardite, êtes-vous plus susceptible de la contracter une deuxième fois ?
 

Rien ne prouve qu’une personne ayant déjà souffert de myocardite ou de péricardite par le passé ait un risque plus élevé de développer la même complication avec le COVID-19. Il est reconnu que certains cas de myocardite ont une évolution récurrente et rémittente. À ce jour, rien ne prouve que le virus responsable du COVID-19 infecte directement le cœur ; cependant, la réponse inflammatoire aiguë provoquée par l’infection peut aggraver la fonction cardiaque et exacerber les symptômes chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque.

Les personnes souffrant de maladies cardiaques sont-elles plus susceptibles de mourir du COVID-19 que celles qui n'en souffrent pas ?

Jusqu’à présent, l’âge avancé et la présence de maladies sous-jacentes – notamment cardiaques – ont été des facteurs de risque de décès. Néanmoins, il est important de souligner que la plupart des patients, même ceux qui souffrent de maladies cardiaques sous-jacentes, ont eu des infections légères et se sont complètement rétablis.

Les nouvelles disent que les plus touchés par le COVID-19 sont la population plus âgée et les personnes ayant des problèmes de santé préexistants. Les personnes ayant des problèmes de santé préexistants sont-elles également plus âgées ou s'agit-il de personnes de tout âge ?

La plupart des personnes qui meurent du COVID-19, selon les rapports de la Chine et d’autres pays, ont plus de 70 ans et ont des problèmes cardiaques et pulmonaires avancés. Néanmoins, la majorité des personnes âgées et des personnes souffrant de maladies préexistantes ont eu une maladie virale légère et se sont complètement remises.

Je sais que je ne dois pas aller à l'hôpital si je pense être infecté, mais quand dois-je consulter un médecin si j'ai une maladie cardiaque préexistante ?

Si vous pensez être infecté par le COVID-19, demandez-vous si vous pouvez gérer les symptômes à la maison. La fièvre peut être prise en charge avec du paracétamol.

Important : si vous ne vous sentez pas à l’aise pour gérer les symptômes à la maison, en particulier si vous vous sentez essoufflé, veuillez consulter un médecin.

Certains rapports, en particulier sur les médias sociaux, suggèrent que des médicaments tels que l’ibuprofène (appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS) utilisés pour faire baisser la fièvre et traiter la douleur pourraient aggraver la COVID-19. Sur la base des informations actuellement disponibles, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence européenne des médicaments (EMA) ne déconseillent pas l’utilisation de l’ibuprofène car il n’existe, à l’heure actuelle, aucune preuve scientifique établissant un lien entre l’ibuprofène et l’aggravation du COVID 19.4  En cas de doute, veuillez demander à votre médecin quel médicament vous pouvez prendre sans danger pour traiter la fièvre et/ou la douleur.

Important : il est toutefois très important que vous ne négligiez pas les symptômes des maladies cardiaques, si vous les ressentez pendant la pandémie COVID-19. Si vous ressentez une aggravation des douleurs thoraciques pendant l’exercice ou au repos, si vous ressentez un essoufflement, des palpitations ou si vous vous évanouissez, vous devez appeler votre prestataire de services d’urgence qui fera une évaluation basée sur vos symptômes et un examen général avant de prendre la décision de vous transférer à l’hôpital.

 Source : European Society of Cardiology

covid19-pb

Témoin d’un arrêt cardiaque ?

COMMENT LE RECONNAITRE ?

La victime perd connaissance, ne réagit pas à une forte voix et ne respire pas ou de manière très irrégulière.

COMMENT REAGIR ?

Appelez le 112
et donner l’adresse précise

Commencez le massage cardiaque :
a. Placez les mains au centre du thorax
b. Comprimez la poitrine 30x au rythme de «Staying Alive» (min 100/minute)

Défibrillez à l’aide d’un DEA :
allumez-le et suivez ses instructions

Quand les services d’urgence sont arrivés, soyez fier, vos mains ont sauvé une vie…Devenez un Chevalier du Cœur !

1 minute gagnée, c’est 10% de chance de survie en plus !
Nous avons tous le pouvoir de sauver des vies !

Introduisez votre numéro INAMI :

Test_inami
Je suis médecin
reCAPTCHA

QUIZZ DU COEUR

[charitable_registration]

QUIZZ DU COEUR

Testez-Vous
Vous êtes un(e)
Quel âge avez-vous ?
Avez- vous des antécédents cardiaques ?
Avez-vous du diabète ?
Avez-vous un problème de cholestérol ?
*
Avez-vous de l’hypertension ?
*
Un membre de votre famille a-t-il présenté une maladie cardiovasculaire ?
Fumez-vous quotidiennement?
Avez-vous une activité physique régulière ?
(L’équivalent d’au moins 30 minutes de marche quotidienne 5 jours par semaine.)