Menu

L’infarctus du myocarde

L’infarctus du myocarde : Ennemi public n°1 en Belgique

L’infarctus du myocarde est la conséquence de l’obstruction d’une artère coronaire suite à la formation d’un caillot sanguin, une partie du cœur n’est plus irriguée. Il correspond à la mort d’une partie du muscle cardiaque.

Les maladies cardiovasculaires, et particulièrement l’infarctus du myocarde, restent aujourd’hui la première cause de mortalité et de morbidité en Belgique.
Chaque année, on compte, dans notre pays, environ 15.000 cas d’infarctus dont près de la moitié sont fatals (49% chez les hommes, 55% chez les femmes).

L’idée reçue que ce tueur silencieux ne vise que les “vieux” est bien évidement fausse, les “jeunes” ne sont pas épargnés. En effet, près d’un quart des premiers infarctus surviennent chez l’homme avant l’âge de 55 ans. Un tiers sont fatals.

Les symptômes qui doivent alerter

1. Douleur thoracique constrictive dans le thorax, avec irradiation éventuelle dans le cou, le dos, la mâchoire

2. Douleur ou gêne dans l’épaule gauche ou bras gauche

3. Essoufflement

4. Fatigue intense

5. Angoissante, nausées, vomissements

Il est essentiel de reconnaître ces signaux d’urgence que nous adresse le corps. Trop souvent encore, la victime minimise les symptômes, pensant à un coup de fatigue qu’un peu de repos devrait faire passer.
Pendant ce temps, de précieuses minutes peuvent s’écouler, alors qu’il vaut mieux appeler à l’aide une fois de trop… que trop tard.


A la moindre suspicion d’infarctus, un seul geste : appelez le 112, le numéro européen d’urgence.


Chaque minute compte !
Plus l’intervention est rapide, moins le muscle cardiaque sera endommagé et plus les chances de survie sont élevées.

Tout délai est du temps perdu s’il s’agit d’un infarctus et en la matière chaque seconde qui passe est un peu plus de muscle cardiaque qui meurt.
Lorsque la zone détruite est très importante, le sujet peut mourir subitement.

L’infarctus peut-il être évité ?

En grande partie oui ! Certains facteurs de risque tels que l’âge, le sexe, les antécédents personnels ou familiaux échappent à votre contrôle.
Il n’en va pas de même pour d’autres facteurs : le tabac, l’excès de cholestérol, l’hypertension, un diabète non contrôlé, le manque d’activité physique et l’excès de poids.

15.000 cas par an. Presque la moitié sont fatals : 49% chez les hommes et 55% chez les femmes.

Témoin d’un arrêt cardiaque ?

COMMENT LE RECONNAITRE ?

La victime perd connaissance, ne réagit pas à une forte voix et ne respire pas ou de manière très irrégulière.

COMMENT REAGIR ?

Appelez le 112
et donner l’adresse précise

Commencez le massage cardiaque :
a. Placez les mains au centre du thorax
b. Comprimez la poitrine 30x au rythme de «Staying Alive» (min 100/minute)

Défibrillez à l’aide d’un DEA :
allumez-le et suivez ses instructions

Quand les services d’urgence sont arrivés, soyez fier, vos mains ont sauvé une vie…Devenez un Chevalier du Cœur !

1 minute gagnée, c’est 10% de chance de survie en plus !
Nous avons tous le pouvoir de sauver des vies !

Introduisez votre numéro INAMI :

Test_inami
Je suis médecin
reCAPTCHA

QUIZZ DU COEUR

[charitable_registration]

QUIZZ DU COEUR

Testez-Vous
Vous êtes un(e)
Quel âge avez-vous ?
Avez- vous des antécédents cardiaques ?
Avez-vous du diabète ?
Avez-vous un problème de cholestérol ?
*
Avez-vous de l’hypertension ?
*
Un membre de votre famille a-t-il présenté une maladie cardiovasculaire ?
Fumez-vous quotidiennement?
Avez-vous une activité physique régulière ?
(L’équivalent d’au moins 30 minutes de marche quotidienne 5 jours par semaine.)