Menu

Le cholestérol

Le cholestérol, c’est quoi ?

Le cholestérol est un corps gras (un lipide) nécessaire à la vie de nos cellules. C’est un des composants majeurs des membranes de nos cellules et il est indispensable à la fabrication de très nombreuses hormones. Mais attention, le cholestérol peut vite devenir dangereux s’il s’accumule dans les parois de nos artères.

Qu’en est-il du “bon” cholestérol ?

Comme tout le monde, vous avez entendu parler d’un “bon” et d’un “mauvais” cholestérol. Cette distinction est un abus de langage. Il n’existe qu’un seul type de cholestérol, qui n’est ni bon ni mauvais. En réalité, dans le sang, le cholestérol n’existe pratiquement pas sous forme libre : il est couplé à des protéines de transport que l’on appelle des apoprotéines. Le couplage d’une apoprotéine et d’un lipide donne naissance à une lipoprotéine, qui rend le lipide soluble dans le sang. Deux lipoprotéines ont une importance particulière en matière de cholestérol : les lipoprotéines de basse densité (LDL) et les lipoprotéines de haute densité (HDL).

Quand on parle du cholestérol, plusieurs choses sont donc à différencier :

  • le cholestérol-HDL (High Density Lipoprotein) : les lipoprotéines de haute densité se chargent essentiellement du transport du cholestérol depuis les organes vers leur élimination. Autrement dit, le cholestérol lié aux HDL (HDL-c) est celui qui ne reste pas dans nos vaissaux, d’où sa réputation de bon cholestérol.
  • le cholestérol-LDL (Low Density Lipoprotein) : les lipoprotéines de basse densité se chargent essentiellement du transport du cholestérol depuis le foie vers les organes. Autrement dit, le cholestérol lié aux LDL (LDL-c) est celui qui est susceptible d’être déposé dans les vaisseaux, d’où sa réputation de mauvais cholestérol.
  • le cholestérol total : la somme des deux.

Lors d’un bilan lipidique, on dose le cholestérol total ainsi que le cholestérol-HDL, ce qui permet de calculer le cholestérol-LDL (par soustraction). Il est intéressant de calculer le cholestérol-LDL car c’est celui-là qui est un facteur causal de l’athérosclérose (c’est-à-dire qu’il va s’accumuler dans les parois des artères). Le cholestérol-HDL est en revanche un facteur de protection.

D’où vient-il ?

Le cholestérol qui se trouve dans notre sang provient :

  • de l’alimentation (30%) 
  • de notre foie (70%) qui fabrique en quantités importantes les lipides précurseurs du cholestérol.

Quel taux de cholestérol dois-je avoir pour être en bonne santé ?

Il n’y a pas spécifiquement de taux de cholestérol qui place un individu dans une situation de risque. C’est l’ensemble des anomalies des lipides et des autres facteurs de risque (hypertension, tabagisme, diabète, obésité,…) qui doit être pris en compte pour évaluer le risque cardiovasculaire global du patient et le traiter de la façon la plus efficace. 

Les médecins disposent maintenant d’outils d’estimation de ce risque global qui sont très performants et permettent de proposer l’approche thérapeutique la plus adaptée. 

  • Chez les sujets ayant déjà fait un accident (prévention secondaire), le contrôle du LDL-c se fait selon des normes précises et strictes et fait très souvent appel à des modifications de l’alimentation et à la prise de médicaments.
  • Chez les sujets n’ayant jamais fait d’accident (prévention primaire), il n’existe pas de normes aussi strictes et c’est le calcul du risque global qui importe pour décider de l’intérêt de la baisse du cholestérol. Globalement, on admet que chez l’adulte on devrait avoir :
  • le cholestérol total < 2 g/l 
  • le LDL-c < 1,3 g/l 
  • le HDL-c > 0,35 g/l 
  • les triglycérides < 2 g/l

mais le point important est que c’est l’ensemble “anomalie du cholestérol + anomalies des autres facteurs de risque (hypertension artérielle, obésité, sédentarité, tabagisme, diabète)” qui vont permettre d’évaluer le risque cardiovasculaire global. En effet, en prévention primaire, un taux de cholestérol sanguin n’est qu’un chiffre. Pour savoir si ce taux de cholestérol représente un risque pour vous et pour repérer le taux qui vous serait le plus salutaire, il faut tenir compte de l’ensemble des facteurs de risque modifiables et non-modifiables puisque l’âge et le sexe entrent en ligne de compte dans le calcul du risque global.

Fréquence de l’excès de cholestérol

Dans la tranche de population belge âgée de 35 à 84 ans (environ 5.500.000 individus) il y a environ 1.700.000 individus dont le risque de faire un accident cardio ou cérébrovasculaire majeur dans les 10 ans excède 15%. Ce risque excède 30% pour 350.000 d’entre eux.

Pourquoi doit-on soigner l’excès de cholestérol ?

Le cholestérol est amené du foie vers les artères par le LDL, et est ensuite ramené des artères vers le foie (pour ensuite être transformé et éliminé) par le HDL. Si les taux de ces deux lipoprotéines ne sont pas bien balancés, le cholestérol est susceptibles de rester dans les parois des artères.

Lorsqu’il se dépose dans les vaisseaux, grâce aux LDL, le cholestérol va contribuer à la naissance ou à la croissance des plaques d’athérome (plaques qui obstruent les vaisseaux sanguins et laissent moins bien passer le sang). Lorsque ces plaques se fissurent ou se rompent, elles contribuent à la formation de caillots qui peuvent être à l’origine d’infarctus ou d’attaques cérébrales.

A l’inverse, les HDL se chargent essentiellement de récupérer le cholestérol en excès dans l’organisme, y compris dans les plaques d’athérome, et de le ramener vers le foie où il est recyclé. 

Le LDL-c étant le facteur causal de l’athéromatose, c’est lui qui doit être abaissé en priorité. La mesure directe du LDL-c est en général difficile, l’évaluation de la quantité de LDL-c se fait par calcul à partir des taux du cholestérol total, du HDL-c et des triglycérides (une autre forme de lipides) dont la mesure est facile.

Comment faire baisser son taux de cholestérol ?

Comme notre alimentation est globalement trop grasse, dans tous les cas, le retour à une alimentation plus saine sur le plan lipidique est de mise. 

Il faut manger globalement moins gras et surtout éviter les graisses d’origine animale (viande, produits laitiers entiers, fromages) et les graisses solides à la température ambiante (beurre, certaines margarines). Ces graisses dites saturées font augmenter le taux de cholestérol. 

Sont en revanche recommandées (mais sans excès puisque le but est une restriction de la consommation globale de graisses), les huiles végétales et les margarines molles qui font baisser le taux de cholestérol.

Faire une activité physique régulière (30 minutes par jour si possible) et ne pas fumer sont aussi deux astuces pour garder ses artères en bonne santé.

Les réponses aux questions qui vous tiennent à cœur –

  1. Pourquoi dit-on qu’il y a du bon et du mauvais cholestérol ?

Le cholestérol dans le sang ne circule pas sous forme isolée, le cholestérol est intégré dans des structures qui sont des associations de graisses et de protéines (lipoprotéines). Plusieurs types de lipoprotéines existent. Parmi celles-ci, certaines sont très petites : les LDL et les HDL. Toutes deux peuvent passer du sang à l’intérieur de la paroi artérielle. Les LDL, une fois dans la paroi artérielle, se fixent sur la substance fondamentale de la paroi, se modifient (oxydation) et s’accumulent progressivement pour déclencher finalement les lésions d’athérosclérose. Les HDL ont notamment comme propriété de pouvoir remobiliser en partie le cholestérol qui s’est déposé dans la paroi artérielle et de repartir avec lui vers le foie pour excrétion. C’est la raison pour laquelle le premier (LDL) est appelé « mauvais cholestérol » et le second (HDL) est dit « bon cholestérol ». L’excès de LDL favorise l’installation de lésions athéroscléreuses et le taux de HDL reflète la capacité de l’organisme à se protéger contre les lésions athéroscléreuses (plus il est élevé, mieux l’organisme est protégé).

2. Quelles sont les conséquences d’un excès de cholestérol ?

L’excès de cholestérol est surtout nocif pour la paroi artérielle, les autres organes parvenant sans trop de difficulté à se défendre contre les dépôts de cholestérol. Il existe certaines accumulations « visibles » du cholestérol telles que le développement au niveau de l’œil d’un arc grisâtre (arc cornéen) et de nodules au niveau des tendons, notamment des tendons d’Achille (xanthomes). Le dépôt de cholestérol dans ces 2 tissus ne donne pas de problèmes importants. En revanche, l’excès de cholestérol dans la paroi artérielle déclenche le processus d’athérosclérose.

3. Est-ce vrai qu’en modifiant simplement son alimentation l’on peut déjà faire baisser son taux de cholestérol de 15 % ?

La réduction du cholestérol et des acides gras saturés dans l’alimentation permet effectivement de réduire le cholestérol et en particulier le LDL-C. L’alimentation équilibrée permet d’obtenir en moyenne une réduction d’environ 10 % du LDL-C. Certaines alimentations particulières telles que celles que l’on voit chez des végétariens peuvent réduire fortement le taux du LDL-C (jusqu’à 30 %). Ces alimentations contiennent généralement des stérols végétaux, des protéines de soja, des fibres visqueuses et éventuellement certaines graines (amandes). Par comparaison, il faut savoir que les médicaments les plus actifs font baisser le LDL-C de 50 à 60 %.

4. A partir de quand donne-t-on des médicaments pour faire diminuer le cholestérol ?

La décision de donner des médicaments pour faire diminuer le cholestérol ne dépend pas en premier lieu des taux de cholestérol. Il existe en effet des personnes qui ont des taux de cholestérol élevés et qui ne font pas nécessairement de problèmes cardiovasculaires. L’important n’est pas de diminuer le cholestérol, mais bien de réduire le risque de faire un accident cardiovasculaire. Ce risque est lié non seulement au taux de cholestérol mais également à d’autres facteurs (tabac, hypertension, diabète,… ). La première question est donc de savoir si, sur la base de l’ensemble des facteurs de risque, lipidiques et non lipidiques, le risque cardiovasculaire est augmenté. Si le médecin estime qu’il est majoré, il faut alors agir sur tous les facteurs de risque qui peuvent être modifiés, c’est-à-dire stopper le tabac, réduire la pression artérielle,… et diminuer le taux de cholestérol. Pour diminuer le cholestérol, il faut, dans un premier temps, rééquilibrer l’alimentation et, en cas de persistance d’un taux trop élevé, des médicaments peuvent être envisagés. Il faut savoir qu’une réduction du LDL-C de 25 à 30 % apporte déjà un bénéfice en terme de prévention, mais que les valeurs idéales sont probablement beaucoup plus basses que ce qui est encore recommandé actuellement.

5. Comment expliquer que j’ai fait un infarctus alors que mon cholestérol était normal ?

Il y a deux explications possibles. D’abord, la maladie athéroscléreuse est multifactorielle et, même si le taux du LDL-C n’est pas considéré comme excessif, il peut être rendu beaucoup plus agressif au niveau de la paroi de l’artère lorsqu’il existe d’autres facteurs de risque tels que l’hypertension, le tabagisme, etc… D’autre part, il faut savoir que l’on ne connaît pas encore précisément la valeur normale ou plutôt idéale du LDL-C. Les chiffres sont constamment revus à la baisse. Il est donc fort possible qu’un cholestérol considéré comme normal à une période donnée, soit considéré ultérieurement comme étant encore excessif.










le cholestérol peut vite devenir dangereux s’il s’accumule dans les parois de nos artères.

Témoin d’un arrêt cardiaque ?

COMMENT LE RECONNAITRE ?

La victime perd connaissance, ne réagit pas à une forte voix et ne respire pas ou de manière très irrégulière.

COMMENT REAGIR ?

Appelez le 112
et donner l’adresse précise

Commencez le massage cardiaque :
a. Placez les mains au centre du thorax
b. Comprimez la poitrine 30x au rythme de «Staying Alive» (min 100/minute)

Défibrillez à l’aide d’un DEA :
allumez-le et suivez ses instructions

Quand les services d’urgence sont arrivés, soyez fier, vos mains ont sauvé une vie…Devenez un Chevalier du Cœur !

1 minute gagnée, c’est 10% de chance de survie en plus !
Nous avons tous le pouvoir de sauver des vies !

Introduisez votre numéro INAMI :

Test_inami
Je suis médecin
reCAPTCHA

QUIZZ DU COEUR

[charitable_registration]

QUIZZ DU COEUR

Testez-Vous
Vous êtes un(e)
Quel âge avez-vous ?
Avez- vous des antécédents cardiaques ?
Avez-vous du diabète ?
Avez-vous un problème de cholestérol ?
*
Avez-vous de l’hypertension ?
*
Un membre de votre famille a-t-il présenté une maladie cardiovasculaire ?
Fumez-vous quotidiennement?
Avez-vous une activité physique régulière ?
(L’équivalent d’au moins 30 minutes de marche quotidienne 5 jours par semaine.)