Ligue cardiologique Belge

La Belgique doit se doter d’un plan national « Maladies cardiovasculaires »

Près de 754.000 Belges souffrent d’une maladie cardiovasculaire dans notre pays. Chaque année, en Belgique, 31.000 Belges meurent d’une maladie cardiovasculaire (Statbel). C’est la première cause de mortalité dans notre pays, quasi ex-aequo avec les cancers.

La Ligue Cardiologique Belge, la Société belge de cardiologie, le Fonds pour la recherche en cardiologie et la Comité belge d’hypertension artérielle estiment que la prise en charge des maladies cardiovasculaires et athéroscléreuses peut et doit être améliorée dans notre pays.

Cette séance d’informations, organisée à la Chambre des représentants le 20 octobre, a permis aux experts d’attirer l’attention des parlementaires sur la nécessité de mener rapidement plusieurs actions pour réduire l’impact de l’ASCVD, maladie silencieuse.

Plusieurs évolutions inquiètent les sociétés scientifiques actives en cardiologie : augmentation de la population vieillissante, inversion de la pyramide des âges et augmentation de la pollution de l’air (qui a un impact important sur les maladies cardiovasculaires). En outre, il est nécessaire de favoriser la recherche et le développement pour les médicaments permettant la prise en charge des maladies cardiovasculaires.

Actions concrètes afin de réduire la mortalité selon les cardiologues

La Ligue Cardiologique Belge, la Société belge de cardiologie, le Fonds pour la recherche en cardiologie et la Comité belge d’hypertension artérielle demandent aux autorités de prendre plusieurs actions concrètes :

  • Garantir un meilleur accès aux données relatives aux facteurs de risques des maladies cardiovasculaires pour combler le manque de données officielles. Celles-ci permettraient aux sociétés scientifiques et aux médecins d’orienter leurs actions avec une plus grande efficacité,
  • Augmenter les ressources et moyens financiers pour :
    • Sensibiliser la population aux risques de facteurs cardiovasculaires,
    • Accroitre l’éducation sociétale et la participation du patient (empowerment) par rapport aux maladies cardio-vasculaires,
    • Assurer l’accès aux traitements (en fonction d’une bonne stratification des patients),
    • Supporter les approches non-pharmacologiques des facteurs de risque cardiovasculaires,
    • Organiser des campagnes de dépistage pour les personnes à risque.

Améliorer la prise en charge des patients cardiovasculaires et ASCVD en première ligne grâce à 6 mesures ciblées

Afin d’améliorer la prise en charge des patients cardiovasculaires et ASCVD en première ligne, les experts (1) recommandent aux autorités de prendre six mesures :

  1. Utiliser les données existantes pour construire des politiques qui offre des opportunités pour la gestion de la santé de la population (Population Health Management);
  2. Viser une approche multidimensionnelle en développant des programmes de soins et des directives communes ;
  3. Favoriser un nouveau modèle de collaboration, alliant de façon étroite les soins de première ligne et les spécialistes ;
  4. Prévoir des équipes de soutien des soignants pour améliorer la prise en charge grâce à la formation, le coaching, la communication ciblée, l’implémentation des directives, la gestion des données, le support des équipes locales et transmurales, la mise en place de système d’auto-évaluation de la qualité, d’audit et de feed-back ;
  5. Mettre sur pied des formes alternatives de financement pour les professionnels de soins de santé;
  6. Considérer la gestion des données de la population comme une force.

Lors de cette séance, les cardiologues et représentants de la première ligne ont insisté sur la nécessité de développer un Plan national pour les maladies cardiovasculaires – comparable au Plan cancer lancé en 2008 – pour mobiliser les efforts de l’ensemble des prestataires (médecins spécialistes et généralistes, acteurs et structures de la première ligne), des autorités fédérales et régionales, tant au niveau du préventif que du curatif, afin d’augmenter la qualité du suivi et du traitement des patients cardiovasculaires/ASCVD en Belgique.

 

 

Lire le rapport

Témoin d’un arrêt cardiaque ?

COMMENT LE RECONNAITRE ?

La victime perd connaissance, ne réagit pas à une forte voix et ne respire pas ou de manière très irrégulière.

COMMENT REAGIR ?

Appelez le 112
et donner l’adresse précise

Commencez le massage cardiaque :
a. Placez les mains au centre du thorax
b. Comprimez la poitrine 30x au rythme de «Staying Alive» (min 100/minute)

Défibrillez à l’aide d’un DEA :
allumez-le et suivez ses instructions

Quand les services d’urgence sont arrivés, soyez fier, vos mains ont sauvé une vie…Devenez un Chevalier du Cœur !

1 minute gagnée, c’est 10% de chance de survie en plus !
Nous avons tous le pouvoir de sauver des vies !

Introduisez votre numéro INAMI :

Test_inami
Je suis médecin
reCAPTCHA

QUIZZ DU COEUR

[charitable_registration]

QUIZZ DU COEUR

Testez-Vous
Vous êtes un(e)
Quel âge avez-vous ?
Avez- vous des antécédents cardiaques ?
Avez-vous du diabète ?
Avez-vous un problème de cholestérol ?
*
Avez-vous de l’hypertension ?
*
Un membre de votre famille a-t-il présenté une maladie cardiovasculaire ?
Fumez-vous quotidiennement?
Avez-vous une activité physique régulière ?
(L’équivalent d’au moins 30 minutes de marche quotidienne 5 jours par semaine.)