Défibrillateur

Utilisation d’un défibrillateur externe automatisé (DEA)

Source: Recommandations 2005 du Conseil Européen de réanimation.

Il y a quelques observations spéciales à faire lorsqu’un DEA est utilisé par le grand public ou par des secouristes non professionnels.
Les DEA standards conviennent pour les enfants de 8 ans et plus. Pour les enfants entre 1 et 8 ans, des électrodes pédiatriques ou un mode pédiatrique existent. S’ils ne sont pas présents, utilisez le DEA tel quel. L’utilisation des DEA n’est pas recommandée pour les enfants de moins d’un an.

Firstaid Schema

Utilisation du DEA

  • 1. Vérifiez votre sécurité, celle de la victime et des témoins.
  • 2. Si la victime est inconsciente et ne respire pas normalement, envoyez quelqu’un chercher le DEA et appeler les secours.
  • 3. Commencez la RCP (Réanimation cardio-pulmonaire) en suivant les recommandations de la réanimation de base.
  • 4. Dès que le DEA est disponible :
    • Activez le DEA et fixez les électrodes. Si plus d’un secouriste est présent, poursuivez la RCP pendant la mise en place et l’activation du DEA.
    • Suivez les instructions vocales/visuelles.
    • Assurez-vous que personne ne touche la victime pendant l’analyse du DEA.
  • 5a. Si un choc est indiqué :
    • Assurez-vous que personne ne touche la victime.
    • Poussez sur le bouton de choc, comme demandé (les DEA totalement automatisés délivrent les chocs automatiquement).
    • Poursuivez, selon les instructions vocales/visuelles.
  • 5b. Si un choc n’est pas indiqué :
    • Reprenez immédiatement la RCP, utilisez le rapport de 30 compressions pour 2 ventilations.
    • Poursuivez, selon les instructions vocales/visuelles.
  • 6. Continuez à suivre les instructions du DEA jusqu’à ce que :
    • Des secours qualifiés prennent le relais.
    • La victime reprenne une respiration normale.
    • Vous soyez épuisé.

RCP avant défibrillation

Dès l’apparition des DEA, la défibrillation immédiate a toujours été un élément clé, aussi bien dans les recommandations, que dans l’apprentissage; elle était considérée comme vitale pour la victime d’une fibrillation ventriculaire. Ce concept a été contesté par des données provenant de différentes études qui suggèrent que la survie peut être améliorée en réalisant des compressions thoraciques, préalablement à la défibrillation, et ce, dès que le délai entre l’appel et l’arrivée des secours dépasse 5 min.

Un élément important qui ressort dans ces études, est que la RCP était toujours réalisée par des paramédicaux expérimentés, qui protégeaient les voies respiratoires par intubation et qui administraient de l’oxygène à une concentration de 100 %. Cette ventilation de haute qualité ne peut être attendue par les secouristes réalisant le bouche-à-bouche.

Un second élément est que le bénéfice d’une RCP préalable n’apparaît que si le délai entre l’appel et la disponibilité du DEA est supérieure à 5 min; lors d’un arrêt cardiaque en présence d’un témoin, le délai entre le collapsus et l’arrivée du secouriste avec un DEA est rarement connu avec certitude.

Enfin, il ne semble pas logique de poursuivre la RCP au-delà de l’arrivée du DEA, si une RCP a déjà été réalisée par un témoin.

Pour toutes ces raisons, les recommandations préconisent d’administrer immédiatement un choc, dès que le DEA est disponible.

Aujourd’hui, l’importance des compressions thoraciques externes précoces, avec le moins d’interruptions possibles, est mise en avant : commencer la RCP avec des compressions thoraciques, réaliser des cycles de 30/2, et limiter à deux les tentatives de ventilation.

Pour plus d’informations : info@liguecardioliga.be ou www.resuscitation.be