Le système Cardio-Vasculaire

Système cardio-vasculaire
Système cardio-vasculaire

Comprendre le système cardiovasculaire et la circulation sanguine

Le cœur est une pompe que les professionnels qualifieraient volontiers d’aspirante et refoulante. Il s’agit en réalité d’un muscle extrêmement puissant, le myocarde, qui est le moteur de la circulation sanguine. Le cœur permet en effet au sang de se déplacer dans les vaisseaux. Le cœur est divisé en quatre cavités, deux à droite et deux à gauche. L’ensemble du cœur et des vaisseaux constitue le système cardiovasculaire, également appelé système circulatoire. Le sang y circule selon un trajet immuable réglé par les contractions cardiaques et un jeu de valvules unidirectionnelles qui empêchent le retour en arrière.

Le trajet du sang

Le point de départ du circuit est, par convention, situé au niveau du ventricule gauche qui est la partie du cœur la plus musclée.
Lors de la contraction du ventricule gauche, le sang est éjecté vers le réseau artériel puis gagne successivement le réseau capillaire et le réseau veineux. Au cours de ce trajet, le sang cède progressivement son oxygène et le sucre nécessaire au bon fonctionnement des organes et récupère les différents déchets fabriqués par les cellules de notre corps, dont le gaz carbonique.
Le réseau veineux est branché sur une des deux cavités droites du cœur, l’oreillette. Le sang qui arrive dans l’oreillette est ensuite propulsé vers la deuxième cavité droite, le ventricule. Lors de sa contraction, le ventricule droit expulse le sang vers les poumons où le sang se libère du gaz carbonique qu’il a emmagasiné et se recharge en oxygène. Ce sang réoxygéné est redirigé vers l’oreillette gauche et, de là, est propulsé dans le ventricule gauche. Ce cycle est répété à chaque battement du cœur.
Le système circulatoire contient environ 5 litres de sang. Chaque battement cardiaque mobilise environ 60 ml de sang.

Les battements cardiaques

Une telle mécanique de précision est réglée par un système de stimulation automatique situé dans la paroi de l’oreillette droite, ce qui fait dire que le cœur possède son propre pacemaker.
Le centre de stimulation est appelé le nœud sinusal. Il s’agit d’un groupe de cellules qui ont la propriété de se contracter automatiquement de façon rythmique et d’enclencher, de proche en proche et selon un circuit bien précis, la contraction de l’ensemble des cellules du myocarde. La contraction concerne d’abord les deux oreillettes, puis les deux ventricules. Les deux oreillettes se contractent simultanément, de même que les deux ventricules. La fréquence de contraction des cellules du nœud sinusal correspond à la fréquence cardiaque, laquelle varie en fonction des besoins de l’organisme. Au repos, la fréquence cardiaque est de l’ordre de 50 à 70 battements par minute. A l’effort, elle peut dépasser 200.

La circulation coronaire

Le cœur étant un muscle, il a également besoin d’oxygène et de glucose. Ces éléments lui sont apportés par un réseau artériel spécial, le réseau coronaire qui se situe à la surface du cœur et qui possède la particularité d’avoir une circulation sanguine qui se fait pendant la période où les cavités cardiaques ne se contractent pas, c’est-à-dire la diastole.

Les anomalies cardiovasculaires

Chacun des composants du système peut fonctionner anormalement, soit de façon isolée, soit de façon plus globale. Les problèmes cardiaques les plus courants sont :

  • L’insuffisance coronarienne
    Les artères coronaires ne fournissent pas suffisamment d’oxygène au muscle cardiaque qui soit se plaint (angine de poitrine), soit meurt d’inanition (infarctus).
    La cause la plus fréquente est une obstruction de certains endroits du réseau coronaire par des amas de lipides plus ou moins solidifiés (plaques d’athérome).
  • Les troubles du rythme
    Le stimulateur interne du cœur est déréglé soit sur le plan de la fréquence des contractions, soit sur le plan de la direction de propagation des contractions de proche en proche.
  • Les valvulopathies
    Une ou plusieurs des valvules cardiaques ne fonctionnent pas normalement (ouverture ou fermeture insuffisante ou survenant à un moment inadéquat, entraînant rétention, fuite ou reflux).
  • L’insuffisance cardiaque
    Il s’agit d’une défaillance de la pompe cardiaque, laquelle est alors incapable d’assurer les besoins en énergie de l’organisme. Les causes principales sont l’insuffisance coronaire, l’hypertension artérielle non traitée, les valvulopathies et les cardiomyopathies (maladies spécifiques des fibres musculaires cardiaques).