Campagne | Please Stand Up !

by

Levons-nous contre la sédentarité sur le lieu de travail

En Belgique, comme dans la plupart des autres pays industrialisés, les maladies cardiovasculaires constituent la première cause de mortalité. Elles sont devenues un vrai problème de santé publique. Elles représentent 45 % de la mortalité globale. 31 000 personnes meurent chaque année d’une pathologie cardiocérébrovasculaire, soit une centaine de personnes par jour ou plus de 4 toutes les heures !

Les maladies cardiovasculaires sont entre autres favorisées par l’excès de sédentarité. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), chaque année, environ 3,2 millions de décès dans le monde sont imputables au manque d’exercice et à la sédentarité.
La sédentarité est considérée comme le 4e facteur de risque de décès dans le monde (6 %). 80 % des hommes et 73 % des femmes de la planète ne sont pas suffisamment actifs physiquement (moins de 150 minutes d’activité physique modérée par semaine). En Belgique, nous sommes 4 millions d’individus à ne pas atteindre ce minimum d’activité physique.

En moyenne, dans le monde occidental, nous passons 7,5 heures au travail, 4,5 h pour les loisirs (également réparties entre TV, lecture et ordinateur) et, enfin, une autre heure à table. 8 heures de sommeil + 13 heures de sédentarité = à peine 3 heures d’activité physique d’intensité variable.

Pour son cinquantième anniversaire, la Ligue Cardiologique Belge invite toutes les entreprises belges à se lever pour lutter contre la sédentarité au travail, à partir du 15 août prochain. Cette nouvelle campagne est une façon originale de rompre de façon active la routine quotidienne au travail, notamment en faisant les réunions… debout ! Please Stand Up !

Avec Please Stand Up, la Ligue Cardiologique Belge espère conscientiser un maximum d’entreprises des risques que la sédentarité fait courir à la santé physique et mentale de leur personnel et, par là même, à leur propre santé économique et à leur rentabilité.

« Pratiquer une activité physique modérée à intense entraîne une diminution de 24 % et 34 % du risque de maladie cardiovasculaire, tout en améliorant l’espérance et la qualité de vie. Intégrer des activités physiques de basse intensité au travail permettrait aussi de diminuer significativement les risques de maladies comme le diabète, l’hypertension et l’obésité tout en améliorant la productivité des collaborateurs, car les activités physiques aident à se sentir mieux et contribuent à une meilleure estime de soi. Tout bénéfice pour l’entreprise ! », continue Freddy Van de Casseye.

Ander nieuws