5 au 7 mai 2017 | Journées Européennes de l’insuffisance cardiaque

by

Journées européennes de l’insuffisance cardiaque du 5 au 7 mai

Les restrictions budgétaires actuelles ne permettent plus de traiter les 230.000 patients insuffisants cardiaques conformément aux recommandations européennes !

Pour la 8ème année consécutive, 24 hôpitaux belges (Voir Agenda). organiseront des activités de sensibilisation pendant les journées européennes de l’insuffisance cardiaque du 5 au 7 mai 2017, afin de sensibiliser la population belge à la prévention, la détection précoce et la prise en charge de l’insuffisance cardiaque. L’insuffisance cardiaque est une maladie chronique évolutive provoquée par l’incapacité du cœur à assurer sa fonction de pompe. À cette occasion, le Groupe de Travail Belge sur l’Insuffisance Cardiaque (BWGHF), la Ligue Cardiologique Belge et l’association de patients
« Mon Cœur entre Parenthèses » tirent la sonnette d’alarme : avec les restrictions budgétaires envisagées (moyens insuffisants, examens et techniques non remboursés, et postes d’infirmières dans les centres de l’insuffisance cardiaque menacés), les 230.000 patients insuffisants cardiaques ne pourront plus être pris en charge conformément aux recommandations européennes de bonnes pratiques. L’insuffisance cardiaque, surnommée « cancer du cœur », est une menace pour le système de soins de santé en Belgique, et doit devenir une priorité de santé publique. Malgré la Charte de l’insuffisance cardiaque signée par plus de 12.000 Belges, les recommandations européennes pour l’insuffisance cardiaque ne sont toujours pas toutes appliquées en Belgique, contrairement à nos pays voisins. Or, en appliquant ces recommandations, 50% des réadmissions coûteuses pourraient être évitées, en améliorant le suivi et la transition des soins, ce qui représenterait une économie de plusieurs dizaines de millions d’euros. Sans plan national, l’insuffisance cardiaque deviendra la première cause de mortalité cardiovasculaire en Belgique, et le nombre de patients doublera d’ici à 2040. Comment faire face à la croissance du nombre de patients insuffisants cardiaques dans les circonstances budgétaires actuelles ? La solution : favoriser l’accès des patients à l’approche pluridisciplinaire et aux programmes de revalidation cardiaque pour diminuer les réadmissions et la mortalité.

 

Ander nieuws